Nous sommes profondément engagés dans
le respect du vivant et soucieux de l’impact de
nos produits sur tous les écosystèmes aquatiques

Coral Safe, notre engagement pour les respect
des écosystèmes aquatiques : marins et d’eau douce

Au cœur de nos produits, il y a la volonté de prendre soin, de comprendre la peau et ses besoins. Cette démarche, mise en œuvre depuis plus de 40 ans s’appelle l’écobiologie.

À travers l’écobiologie, nous considérons la peau comme un écosystème composé de cellules vivantes qui interagissent constamment entre elles et avec leur environnement.

Ainsi, nous sommes profondément engagés dans le respect du vivant et soucieux de l’impact de nos produits sur la santé de tous les écosystèmes, y compris les écosystèmes aquatiques, marins et d’eau douce. 

Cette démarche inspirée de l’écobiologie, nous l’avons nommée « Coral Safe ».

« Respecter ne suffit pas, il faut avoir conscience de ce qu’est le vivant et de ce qu’on lui doit. » 

Jean-Noël Thorel,
Président Fondateur de NAOS

Notre démarche Coral Safe repose sur 3 engagements

01

Considérer notre impact sur l’ensemble des écosystèmes aquatiques, au-delà des écosystèmes marins.

02

Sélectionner minutieusement chaque ingrédient et rechercher les ingrédients du futur.

03

Soutenir des initiatives emblématiques de la protection de l’environnement marin.

01. Considérer notre impact sur l’ensemble
des écosystèmes aquatiques,
au-delà des écosystèmes marins

Chez NAOS, nous mesurons l’impact de nos produits sur les eaux salées, mers et océans, mais aussi sur les eaux douces, lacs et rivières, particulièrement riches en biodiversité.

Ainsi, en complément des coraux et des algues marines nous menons des tests d’écotoxicité sur le plancton d’eau douce (Daphnia magna Straus).

illustration naos

Plus précisément, nous suivons trois méthodes :

Impact sur la viabilité des coraux (observation de la rétractation des polypes et du blanchissement des boutures) 

Test d’inhibition de la croissance des algues marines (Phaedactylum tricornutum) selon la méthode NF ISO 10253

Test d’inhibition de la croissance des algues marines (Phaedactylum tricornutum) selon la méthode NF ISO 10253

Test sur le plancton d’eau douce (Daphnia magna Straus) selon la méthode OCDE 202 / NF EN ISO 6341

Test sur le plancton d’eau douce (Daphnia magna Straus) selon la méthode OCDE 202 / NF EN ISO 6341

Tous les produits solaires des trois marques NAOS (Bioderma, Institut Esthederm et Etat Pur) passent l’épreuve de ces trois tests.

02. Sélectionner minutieusement chaque
ingrédient et rechercher les ingrédients du futur

Chez NAOS, nous évaluons le profil écotoxicologique de chaque ingrédient dont tous les filtres et écrans solaires et les sélectionnons scrupuleusement pour minimiser l’impact de nos produits sur l’environnement.

Plus particulièrement :

Nous ne formulons plus nos produits avec l’ethylhexylmethoxycinnamate (appelé OMC ou octinoxate), la benzophénone-3 (encore appelé oxybenzone) ou le 4-méthylbenzylidenecamphor (4-MBC).

Nous travaillons nos formules pour assurer une très haute résistance à l’eau dès que c’est utile. Ainsi, même lors de baignades, le produit solaire reste en contact avec la peau pour la protéger et la quantité qui entre en contact avec l’environnement est minimisée.

 

illustration naos

Chez NAOS, nous travaillons sur les produits solaires de demain.

En complément, NAOS innove et recherche les ingrédients qui accompagneront les filtres solaires de demain. Notre démarche s’inspire d’un de nos principes fondateurs – le biomimétisme – pour aider la peau à mieux se protéger par elle-même des effets néfastes du soleil ; à la fois en préservant ses ressources tout en renforçant ses systèmes de défenses naturelles.

03. Protéger les grands écosystèmes
dont les herbiers de Posidonie

Jean-Noël Thorel, président fondateur de NAOS, plongeur et amoureux de la mer, engage NAOS sur la voie de la préservation de l’environnement marin en faveur de la régénération des posidonies.

NAOS soutient l’association Andromède Océanologie notamment dans le développement de 2 projets :

Le déploiement de DONIA, application de mouillage et de navigation grand public qui offre à ses utilisateurs un nouvel univers cartographique leur permettant d’ancrer hors des herbiers de Posidonie.

Le financement du travail majeur de cartographies sous-marines et d’actions de régénération (opérations de repiquage dans des zones de mouillage interdit ayant subi des destructions d’herbiers).

« Les posidonies captent 4 à 5 fois plus de carbone que les autres espèces de plantes à fleurs marines. »

Laurent Ballesta,
Photographie biologiste et directeur d’Andromède Océanologie